Rodin/Mapplethorpe par Collectif

Rodin/Mapplethorpe

Titre de livre: Rodin/Mapplethorpe

Éditeur: ACTES SUD

ISBN: 2330031599

Auteur: Collectif


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Rodin/Mapplethorpe.pdf - 40,444 KB/Sec

Mirror [#1]: Rodin/Mapplethorpe.pdf - 26,340 KB/Sec

Mirror [#2]: Rodin/Mapplethorpe.pdf - 32,800 KB/Sec

Collectif avec Rodin/Mapplethorpe

Ce catalogue d'exposition du musée Rodin confronte les oeuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989) à celles de Rodin, dans un dialogue fort. Le premier a beau sculpter les corps à travers son objectif, et le second recourir à la photographie tout au long de sa carrière, rien ne semble lier les deux artistes. L'un court après la forme parfaite, l'autre s'obstine à capturer le mouvement dans la matière. Rien de spontané chez Mapplethorpe le méticuleux, tandis que Rodin s'en remet aux fulgurances du geste, quitte à en accepter l'expression accidentelle. Les plans hyper maîtrisés de l'un font écho aux rondes-bosses tourmentées de l'autre. La fragmentation des corps, leur examen compulsif, les drapés qui les dissimulent à peine signent une quête commune, également sensuelle. Distantes de près d'un siècle, les deux oeuvres présentent d'innombrables similitudes et produisent des diptyques saisissants.

Livres connexes

Ce catalogue d'exposition du musée Rodin confronte les oeuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989) à celles de Rodin, dans un dialogue fort. Le premier a beau sculpter les corps à travers son objectif, et le second recourir à la photographie tout au long de sa carrière, rien ne semble lier les deux artistes. L'un court après la forme parfaite, l'autre s'obstine à capturer le mouvement dans la matière. Rien de spontané chez Mapplethorpe le méticuleux, tandis que Rodin s'en remet aux fulgurances du geste, quitte à en accepter l'expression accidentelle. Les plans hyper maîtrisés de l'un font écho aux rondes-bosses tourmentées de l'autre. La fragmentation des corps, leur examen compulsif, les drapés qui les dissimulent à peine signent une quête commune, également sensuelle. Distantes de près d'un siècle, les deux oeuvres présentent d'innombrables similitudes et produisent des diptyques saisissants.Ce catalogue d'exposition du musée Rodin confronte les oeuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989) à celles de Rodin, dans un dialogue fort. Le premier a beau sculpter les corps à travers son objectif, et le second recourir à la photographie tout au long de sa carrière, rien ne semble lier les deux artistes. L'un court après la forme parfaite, l'autre s'obstine à capturer le mouvement dans la matière. Rien de spontané chez Mapplethorpe le méticuleux, tandis que Rodin s'en remet aux fulgurances du geste, quitte à en accepter l'expression accidentelle. Les plans hyper maîtrisés de l'un font écho aux rondes-bosses tourmentées de l'autre. La fragmentation des corps, leur examen compulsif, les drapés qui les dissimulent à peine signent une quête commune, également sensuelle. Distantes de près d'un siècle, les deux oeuvres présentent d'innombrables similitudes et produisent des diptyques saisissants.